Passerelles

Publication

 

La Une

Archives > Publication

Liens

Céramiques

Publications du mois en cours...

 

___Émile Decœur, un grand artiste...
Publié par Pierre Morin le 21/12/2008.

 

Émile Decœur (1873-1953)..
© Galerie Michel Giraud Editions, Paris, 2008 (1).
Co-auteurs : Michel Giraud et Fabienne Fravalo, historienne de l'art.

 

On vit, on pense, on est ému, on aime par le regard. Celui qui sait sentir par l'œil éprouve, à contempler les choses et les êtres, la même jouissance aiguë, raffinée et profonde que l'homme à l'oreille délicate et nerveuse dont la musique ravage le cœur. » [...] Quand on songe un instant aux hasards multiples de la cuisson, aux causes si nombreuses de détériorations ou de destructions, à tous les genres de défauts inhérents à la porcelaine, n'est-t-il pas inouï, extraordinaire, surnaturel de posséder des pièces parfaites d'une pureté immaculée ? Aussi mon admiration est-elle sans bornes chaque fois que des chefs-d’œuvre de ce genre apparaissent, dans toute la grâce et la majesté de leur radieuse beauté, à mes yeux fascinés. »
Propos d'Émile Decœur, cités par Renée Moutard-Uldry, Hommage à un grand artiste : Decœur, Art et Décoration, 1953.

 

 

Depuis longtemps, Émile Decœur m’a offert, à chaque nouvelle acquisition, cette étrange sensation d’un plaisir toujours renouvelé car toujours différent. En effet, s’il est assez facile de reconnaitre un « Decœur », il est presque impossible d’en trouver deux pareils. Tous rayonnent différemment, comme si cet homme discret avait, tout au long de sa longue carrière, distillé dans chacune de ses pièces l’un des éléments composant les innombrables facettes de son talent. »
Extrait de la préface de Michel Giraud (2).

 

Tout en étant conduit d'un bout à l'autre de sa carrière par un esprit de méthode fondamentalement rationnel, l'art de Decœur se révèle infiniment sensible. C'est d'ailleurs en cela que réside sa grandeur : « Rien de moins saisissable autrement que par des sensations et pourtant rien de plus voulu », écrit subtilement René Chavance en 1933, dans un article d'Art et Décoration, intitulé Œuvres récentes d'Émile Decœur. »
Extrait de la préface de Fabienne Fravalo (3).

 


Détail d'une gravure que Zorn, ce très grand peintre impressionniste suédois (1860-1920), réalisa en 1906 et qui montre Atherton Curtis un an avant sa rencontre avec Decœur.
 Web  © WebErnest S. Kramer. Fine Arts & Prints, Inc.

1907 est une année majeure pour Decœur ; il installe son atelier à Fontenay-aux-Roses, où il rencontre le 6 juillet 1907 le grand collectionneur américain Atherton Curtis (1863 - 1948), qui deviendra rapidement son ami et principal mécène avec plus de 500 pièces achetées ! Ce dernier deviendra plus tard un très un généreux donateur envers les institutions françaises, et pas seulement pour sa collection de céramiques mais aussi pour sa collection d'estampes en feuilles japonaises commencée en 1896 à New-York ; une collection exceptionnelle qui offre un vaste panorama de l’ukiyo-e : trente-cinq maîtres y apparaissaient, des « primitifs » tel Moronobu, à Hiroshige, en passant par Hokusai. Un collectionneur étonnant que cet Atherton Curtis.
Cette très belle monographie de 238 pages sur Émile Decœur réalisée par les Editions Galerie Michel Giraud nous montre et nous décrit bien d'autres choses passionnantes que je vous laisse découvrir par vous-même ...

 

 

Notes 1,2,3 : il est possible de commander ce livre à la galerie :
Galerie Michel Giraud Editions - 35-37, rue de Seine - 75006 Paris.

 Web  www.galeriemichelgiraud.com

 

 

Publications du mois en cours...